Une histoire de PQ

Olivier B. - IT Engineer

Une histoire de PQ

Quel sujet pour ce premier trait d’humeur ? La météo ? Les sorties au cinéma ?

Ah bah non, le sujet dont tout le monde parle en ce moment.. Je vous aide, ça commence par corona et ça se termine par virus

Je vous arrête de suite, vous devez vous dire oh encore une fois on parle de ça , sauf que non !

Cette fois-ci on traite le sujet de façon satirique et fortement ironique

Avec cette première satire qui concerne cet engouement pour … Le papier toilette
Oui oui, le papier toilette, ce qu’on utilise une fois notre affaire terminée.

Avec tout ce qu’on voit à la télévision, les journaux. Il y aurait pénurie de papier toilette. Mais si ces mêmes personnes ne mangent par conséquent pas, comment utiliser les rouleaux vu qu’il n’y a plus d’affaire (à faire)

Alors oui petite parenthèse (), les extraits qu’ils nous montrent à la télévision (ce média anxiogène) sont à croiser avec d’autres informations. N’oublions pas que les chaînes de télévision vivent des publicités. Et si les images ne sont pas surréalistes et ” peu vendeuses”, les gens ne regardent plus et s’ils ne regardent plus, moins d’audience, donc moins de rentrée financière. (Tiens, est-ce que ça ne ressemble pas à du capitalisme ?)

Deuxième satire, on reste sur le média intellectuel : la télévision. Depuis que ce virus s’est développé, on voit et entend tout sur ce sujet

mais surtout n’importe quoi


Pour commencer, notons la recrudescence des pseudos “spécialistes”, “virologues” et autres corps de métier plus ou moins farfelus, qui tentent de nous faire peur et de nous alerter.

Ils ont le point commun, de TOUT savoir sur le sujet.

Enfin, troisième et dernier pic. Lorsque vous sortez, n’oubliez pas votre… attestation de sortie (une attestation de sortie sérieusement), remplie évidemment sur l’honneur, comme quoi VOUS vous autorisez à franchir le pas de votre porte (non il ne s’agit pas d’un film).

Je vais être original : restez chez vous. Pas pour compter vos papiers toilette mais pour profiter des moments simples de la vie. Et surtout pour lutter contre ce fichu virus.